Les variations d’humidité sur le bois

Le bois est une matière hygroscopique, ce qui veut dire qu’il absorbe et restitue de l’eau au gré de l’environnement dans lequel il se trouve. Les parois cellulaires de la fibre même du bois servent de milieux “éponges“ aux variances d’humidité contenues dans l’air. Plus celles-ci seront d’importance, plus le bois se gonflera pour atteindre saturation. Moins l’humidité sera présente, plus la fibre se rétrécira jusqu’à l’atteinte du bois anhydride. Le bois sera généralement plus sensible à l’humidité dans un axe plutôt que dans l’autre, ce qui aura des répercussions sur le type de mouvement observable en fonction de l’essence et des assemblages.

 Dans un climat variable comme le Québec, il est d’une importance capitale de connaître et de considérer ce phénomène lors de la conception et de la fabrication de meubles de qualité. Chaque essence sera plus ou moins sensible en fonction de ses particularités spécifiques. Les paramètres les plus importants à considérer sont l’utilisation de bois séché au four industriel, le mouvement naturel des pièces lors de la coupe, le type d’assemblage, la qualité des adhésifs et une finition de qualité supérieure. D’autres éléments tels que l’acclimatation sont d’importance afin de maximiser la stabilité des meubles au fil du temps.

 Une fois en service, même si toutes les précautions sont prises dans les règles les plus strictes de l’art et de la connaissance du bois, rien ne pourra empêcher le fissurage ou le cambrement d’un assemblage quelconque exposé à de grandes variations du taux d’humidité relative.

 Nous concevons des meubles acclimatés pour un environnement moyen de 40% d’humidité relative. Notre plage de variation acceptable se situe de 35% à 55%. La plupart des habitations d’aujourd’hui sont munies d’un système d’aération central intégrant le contrôle d’humidité été comme hiver. Il va de soi que ces systèmes sont réglés de manière à assurer le confort des résidents, soit bien disposés au centre de notre plage idéale. Pour les habitations à chauffage sur plinthe radiante, au bois ou autres sans système de contrôle d’humidité, l’ajout d’un humidificateur en période de chauffage intense, soit au coeur de l’hiver, suffit à conserver un taux acceptable d’humidité. En ce qui a trait aux périodes estivales, qui sont les plus humides, un déshumidificateur se chargera du travail inverse en cas extrême.

 Le bois est une matière “vivante“ qui nécessite très peu de soins une fois bien assemblé. Offrez-lui le minimum d’un environnement viable et il saura vous accompagner de nombreuses années.